L'atelier du gai-rire...


Les clowns du gai-rire est l'usage intentionnel de l'art  du clown et de la créativité...Cet atelier est une aide à la personne en tant que soins relationnel ou de prévention et également de développement personnel.

 

L'espace scénique est un territoire de fiction où l'on s'amuse à jouer pour dédramatiser. Des fenêtres qui ouvrent sur des possibles, sur des aires de jeu favorisant l'expression du "je" .

 

C'est une méthode d'auto-dérision où l'improvisation et l'imagination amorce un mouvement, on va  vers ce qui peut être,  ce qui peut se représenter...

 

 Jouer faire le clown  permet d'apaiser, de libérer, de se revaloriser, de trouver sa liberté, de créer du lien, du sens,

de désamorcer les conflits divers afin de mieux-vivre avec ce que l'on a reçu...

 

 En institution dans le domaine de la santé, de l'éducation, du social. (enfant/Adolescent/Adulte)

 

 

Intervenant: Gilles Bardeau/Art-thérapeute certifié d'état.

Le clown médiateur...


1/ La place du clown au sein de l' EHPAD, d'un hôpital:

Dans le quotidien de soins et de dépendance, l'individu et le corps s'oublient, se négligent, s'effacent.

Auprès des personnes âgées, « le clown » déambule dans les couloirs, les salles à manger et aussi dans les chambres des personnes les plus dépendantes. Il peut ainsi instaurer une relation interpersonnelle privilégiée avec les différentes personnes rencontrées. 

 

De telles interventions permettent de créer de l'émotion, une émotion qui va alors devenir chez le résident un moteur susceptible de faire émerger le souvenir et de déclencher la parole, les échanges ou une communication non verbale.

 

Le clown intervient avec de petites improvisations à l'écoute du moment présent, sans force et avec douceur, afin d'ouvrir un espace de communication intime et différent. Il arrive avec de la légèreté.

La visite du clown amène une ouverture sur la relation.

 

C'est une fenêtre sur l'extérieur, une passerelle vers la vie. Cette relation avec le clown participe à la lutte contre l'exclusion et l'isolement des personnes âgées, ou d'enfants malade. Il crée du lien, que ce soit auprès des résidents, des soignants ou des familles de résidents, dans un contexte autre que le soin, c’est une manière de dédramatiser.

 

 

 

 

 

 

Le clown, possède une empathie et une bienveillance auprès des résidents, des personnes hospitalisées. L'expression du travail du clown, se situe dans le champ «art-thérapie», loin de la pratique du clown du spectacle et du cirque.

 

Le clown est là pour rétablir une relation en utilisant la voie de l'empathie corporelle et ludique, y compris dans des situations où les mots sont peu accessibles. Il s’adapte à la pathologie de tous.

 

Pratiquer cette démarche nécessite de la part du clown relationnel en milieu hospitalier, une formation sérieuse en psychologie et une éthique, une présence vigilante, contenante à soi et aux autres.»